CONFIANCE…

Avec Jean-Claude Rigaud, Président du Crédit agricole Pyrénées Gascogne, nous réunissons depuis une semaine les clients du territoire pour échanger sur la crise de la dette. Pourquoi cette crise ? Pourquoi la zone Euro est-elle si observée ? Quelles conséquences pour les banques, les assurances et leurs clients ? Comment va-t-on en sortir ? Partout beaucoup d’intérêt, d’attention, et, malgré l’intensité médiatique de la crise, beaucoup de confiance…  Personne dans le fond ne veut, ne peut, croire au scenario noir qui hante depuis plusieurs semaines les marchés financiers. Il y a de l’inquiétude, certes, mais aussi et surtout de la confiance dans la capacité des pays de la zone Euro à trouver des solutions crédibles.  Prochaines rencontre dimanche matin à Auch et l’après-midi à Tarbes…

Hier, le Parlement allemand a voté avec une large majorité le renforcement du Fonds de secours européen (FESF). C’est un grand pas, c’est un message fort. Bien sûr, cela ne suffit pas. Il faut encore la ratification des Pays-Bas, de Malte, de la Slovaquie, il faut que la fameuse « troïka » constate sur pièce l’efficacité des mesures prises par la Grèce, il faut le feu vert de « l’Eurogroupe » le 13 octobre, il faut préciser (donc s’accorder sur) les modalités d’utilisation du Fonds de secours, il faut encore beaucoup de travail et trancher entre les différentes solutions avancées ici ou là. On le sait, on le voit, le chemin est encore long et semé d’obstacles. Mais l’essentiel est de faire mouvement, ce n’est pas tant d’arriver au but que de dire qu’on y va, ensemble. C’est de donner des preuves de la volonté de tout faire pour assurer la cohésion de la zone et sa solidarité. A chaque pas, c’est un peu plus de confiance, et la confiance se gagnera sur la durée, ce ne peut être autrement…

Et pendant que ces petits pas se font, il faut préparer la vie de demain. On sait qu’il y aura peu de croissance, que la dette pèsera longtemps sur les épaules des occidentaux et du monde, que l’Etat providence doit replier sa grande voile, qu’une page se tourne et qu’une autre est à écrire. Ici, à Pyrénées Gascogne, nous continuons de préparer la banque coopérative de demain. Elle se lit déjà dans l’éthique et le respect du client, dans la prise en compte rapide et attentive de ses demandes, dans la responsabilité du conseil. Elle se lit aussi dans les nouveaux services.

–          Tookam, banque en ligne solidaire utilisant les réseaux sociaux,

–          Tookets, monnaie solidaire qui encourage l’aide d’entreprises aux associations, clients ou salariés décidant des bénéficiaires des dons,

–          Livret Sociétaire, un livret au capital garanti, dont les fonds sont utilisés exclusivement pour financer les jeunes entreprises du territoire, et qui produit des Tookets,

–          KametLéo, le dernier né, le premier site de souscription en ligne de Fonds Socialement Responsables (ISR), à découvrir dans moins de 15 jours.

–          Kwixo, le mode de paiement facile entre amis ou sur les sites marchands, sur votre micro ou sur votre portable…

–          Nous préparons aussi des sites communautaires d’Epargne mais aussi de Crédit aux jeunes porteurs de projets… on en reparlera…

–          Et bientôt encore, des améliorations dans les sites relationnels, animés par les professionnels de la banque et par les conseillers des agences, pour les rendre plus accessibles…

La banque coopérative, je la vois comme ça, plus proche des gens encore, plus innovante encore, plus attachée encore au développement du territoire, favorisant les circuits courts entre épargnants et emprunteurs, donnant à voir plus clairement son mode de fonctionnement et ses actions, appuyant la solidarité de proximité, renforçant le lien local par les usages du net, donnant toute sa place au client dans sa gouvernance, le rendant davantage acteur de ses actions… Le mutualisme a de l’avenir, comme le bon sens d’ailleurs…

Tags: , , , , , , ,

A propos de l'auteur ()

Pour en savoir plus sur l'auteur, cliquez sur l'onglet "Qui suis-je ?".

Commentaires (7)

Url de rétrolien | Flux RSS des commentaires

  1. MEIRELES dit :

    Solidarité qui n’est pas réciproque est celle de la corde et du pendu! Et donc, par solidarité avec les « mutualistes » que vous avez abusés (et parce qui devront en conséquence, replier bon gré, mal gré, la « grande voile ») et par respect d’une éthique que vous semblez découvrir opportunément aujourd’hui, ne pourriez-vous replier aussi la grande voile de vos effectifs pléthoriques et des avantages salariaux exorbitants que vous vous êtes généreusement octroyés?

  2. ledan dit :

    bravo p la demarche de sortir d un bureau et venir rencontrer le client , et qd vs etes loin , il est utile de pouvoir vs lire à distance
    bien a vs un client fidele

  3. Jean PHILIPPE dit :

    En réponse à MEIRELES, je ne peux pas ici répondre à tous ces arguments, je le ferai seulement pour « le respect d’une éthique que vous semblez découvrir opportunément aujourd’hui », pour lui proposer de constater « de visu » que je parle sur ce site de mutualisme depuis cinq ans, donc que cela ne ressemble en rien à un comportement « opportuniste », que j’ai commencé en 1977 en participant aux premières coopératives de crédit en Centrafrique, que j’ai continué en développant les crédits mutualistes aux jeunes agriculteurs du Cameroun dans les années 1980, puis en soutenant les coopératives d’épargne et de crédit des femmes de Dakar au Sénégal dans les années 1990. Que dès 1995 je travaillais au renouveau des valeurs coopératives de notre Groupe, valeurs et modèle que je défends donc depuis plus de 35 ans sans interruption. Je ne pense donc pas que l’on puisse dire que je semble les « découvrir opportunément aujourd’hui ».

  4. Jean PHILIPPE dit :

    Tout cela ne me fait pas oublier de remercier LEDAN pour ses propos.

    J’ai été très très heureux de rencontrer les clients qui sont venu participer aux réunions publiques. Je les remercie très chaleureusement.

    Et MERCI, LEDAN, de votre confiance. C’est pour vous, et pour tous les autres, que nous nous levons chaque matin, comme tous ceux qui font vivre le territoire, pour qu’il donne le meilleur de lui-même…

  5. Cabon Christine dit :

    J’ai ouvert cet été un livret sociétaire pour soutenir l’économie locale et obtenir une meilleure et prudente rétribution de mes rares économies…
    parallèlement je participe à de nombreuses associations qui, à leur manière, soutiennent l’activité locale , en particulier La récréée de Lasseube qui a organisé fin Mars dernier un symposium international d’ethnologie: j’ai été étonné d’apprendre que la subvention promise par le Crédit Agricole dans ce contexte n’avait pas encore été donnée à l’association dont les activités reposent sur le bénévolat.
    Les aides de ce type ne seraient-elles que de vaines promesses??
    Celà peut faire réfléchir quant à l’usage du livret sociétaire!?

  6. Jean PHILIPPE dit :

    Je réponds clairement à Christine Cabon que « Non, ce ne sont pas de vaines promesses »… Je comprends qu’il y a visiblement un « loupé », et je m’en occupe au plus vite. Chose promise, chose due…
    Si je comprends bien, il s’agit d’une aide accordée dans le cadre des initiatives locales. Vous trouvez ici le compte-rendu de nos actions de 2010… http://www.parlons-mutualisme.com/nos-actions-locales/actions-mutualistes-2/
    S’agissant de votre Livret sociétaire, vous recevrez des TOOKETS dont vous pourrez faire bénéficier les associations de votre choix. Nous nous engageons bien sûr à transformer ces TOOKETS en aide sonnante et trébuchante pour les associations qui les détiennent.

  7. Jean PHILIPPE dit :

    Merci à Christine Caron qui nous informe que la subvention est bien arrivée et nous remercie de tenir parole !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *