HONDELATTE CHANTE

Classé dans ACTUALITES et HUMEURS par sur 19 septembre 2011 1 Commentaire

Bien sûr, j’avais entendu les railleurs. Un journaliste de TV qui se met à chanter !… « Rien ne les arrête ! » Comme si un banquier devenait blogueur, ridicule ! C’est donc avec un brin de suspicion que j’ai assisté au concert que Christophe Hondelatte a donné ce dimanche à Pau, Parc des expos. Il avait accepté amicalement et spontanément de parrainer la deuxième édition de Clap Patrimoine, et offrait ce concert en cadeau. Je le souligne, parce que c’est vrai : y’a encore des gens comme ça…

Alors ce concert ? En plein air, sous la pluie… Il a chanté, comme si de rien n’était. Et les gens ne sont pas partis. Ils se sont mis à l’abri ici ou là, dispersés, ils étaient là, jusqu’à la fin. Et ils l’ont rappelé. Je me suis laissé prendre par ses chansons, qu’elles soient de lui ou d’autres, bien séquencées, rythmées, travaillées… Du travail de pro, oui, mais aussi de l’émotion, du plaisir, de la bonne musique. En clair, c’est vraiment bien et vraiment bon. Il y a du fond, de l’unité, de la conviction…

Sa première chanson déroute, dérange… Christophe Hondelatte provoque le public, les fausses blondes, les boutons sur le nez, les barbes mal lavées, les ventres encombrants, la ménagerie humaine… Il nous montre du doigt ! Chacun se reconnait et on croit qu’il dénonce… Il reprend sa chanson, la même, en fin de récital. Et là, miracle, la chanson passe, naturellement, amicalement, astucieusement. Entre les deux, qu’est-ce qui a changé ? Nous ! Au fil du récital, l’humanité s’impose, l’homme est en ébauche, imparfait, on l’accepte, on s’y fait. On l’aime comme il est. Ce récital est un voyage en humanité. J’ai pensé à Nougaro, souvent, intensément. J’ai pensé à Brel aussi. Ce n’est pas qu’il leur ressemble, mais c’est qu’il transpire, comme eux, la générosité, le sens des mots, le sens du drame, et plus simplement, l’attention de l’artisan qui respecte son public.

Peu de sites ont « chroniqué » sur ce nouveau chanteur. Un non-événement ? Il faudra du temps sans doute pour oublier le journaliste, l’homme public, pour se libérer de cette «image» et écouter, sans a priori, l’homme, le chanteur. Je dis simplement que si Christophe Hondelatte, 48 ans, professeur des écoles ou viticulteur, sortait de l’ombre pour nous servir ce spectacle, tout Paris en serait « fada ». Son dernier titre est ici, sur FaceBook, et il est gratuit. Ça aussi, c’est différent…

A propos de l'auteur ()

Pour en savoir plus sur l'auteur, cliquez sur l'onglet "Qui suis-je ?".

Commentaires (1)

Url de rétrolien | Flux RSS des commentaires

  1. dragon29100 dit :

    Ce journaliste a le droit de chanter si son album plait tant mieux , il ne fait de mal a personne , en cette période troublée le chant ne peut qu’amener un peut de douceur .
    Allez christophe on est pas louis d’or et on ne peut plaire a tout le monde continuez si cela vous plait et vous fait du bien , et que cela fait du bien a d’autre vous ne faite de mal a personne .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *