L’INNOVATION JOYEUSE (Extrait 1)

Classé dans ACTUALITES et HUMEURS, INNOVATIONS par sur 15 décembre 2015 4 Commentaires

calamar envoi« L’innovation dont je parle ici est permanente et totale, portée par tous les salariés, touchant toutes les activités. Confier à une équipe spécialisée, parfois à un prestataire extérieur, la conception d’un nouveau produit, ou offrir aux clients un service inédit sans rien changer des modes de fonctionnement de l’entreprise, ce n’est pas vraiment innover. Soutenir bruyamment des jeunes pousses (des startups en bon français), ça ne l’est pas davantage. La vraie innovation, celle dont il est question ici, n’est pas une rustine de modernité collée sur une organisation conventionnelle. Elle procède d’un climat particulier, marqué par l’ouverture aux diversités, le management collaboratif, le sens de la responsabilité, le désir d’être toujours plus utile et efficace. Elle s’exprime par un ensemble de dispositions qui concernent tout le monde partout, et donnent à l’entreprise une agilité et une dynamique nouvelles, lui permettant les multiples et rapides adaptations à ses marchés et à son environnement de travail et de production. Cette innovation est l’expression des sensibilités, des désirs, et des enthousiasmes de personnes libres et épanouies, et c’est pour cela que je la qualifie de joyeuse.

En appeler à l’innovation joyeuse, c’est invoquer en fait l’entreprise joyeuse. Les deux vont naturellement de pair. Cet idéal ne doit pas être considéré comme un doux rêve, il est atteignable. Il n’est pas la pagaille organisée, le chaos managérial, l’effacement de tous les repères et avec eux, du sens de l’effort. Il exige au contraire beaucoup plus d’investissement personnel, d’engagement relationnel, de travail, que le mode de management traditionnel, car en réduisant la protection que donnent les statuts et les positions hiérarchiques, il nous met à l’épreuve de la vérité. Il n’est pas non plus une insulte aux revendications des salariés, ni aux nécessaires négociations. Il n’efface pas les conflits sociaux, ni le mal-être des uns ou des autres. Il se place simplement au-dessus. Qui oserait réduire l’entreprise à un rapport de force permanent, et nier qu’elle progresse et prospère en rassemblant autour d’un projet pacifique ? Ce n’est pas parce qu’un groupe humain vit joyeusement qu’il ne connaît pas de tensions entre ses membres. Il est seulement plus optimiste, plus imaginatif, plus résistant, et réussit mieux ce qu’il entreprend que celui qui vit tristement. Désirer une entreprise joyeuse, c’est affirmer simplement que la vie professionnelle s’inscrit dans l’aventure humaine de chacune et de chacun, qu’elle n’en est pas dissociable. Celui qui pense qu’il est bon pour tout le monde que chaque vie soit réussie le mieux possible, intéressante, épanouissante, ne peut qu’aspirer à partager cette joie professionnelle. » [Pages 11 à 13]

commander livre

A propos de l'auteur ()

Pour en savoir plus sur l'auteur, cliquez sur l'onglet "Qui suis-je ?".

Commentaires (4)

Url de rétrolien | Flux RSS des commentaires

Sites qui pointent vers ce billet

  1. L’INNOVATION JOYEUSE (Extrait 1) : Le blo... | 16 décembre 2015
  1. Patrick Kleer dit :

    C’est comme le VII de la saga Star Wars, on a hâté de le lire …

  2. Un livre qui va certainement aérer les cerveaux, ouvrir les esprits, déranger les conventions, un début printemps au milieu de l’hiver : hâte de le lire !!!!

  3. Laurent Bennet dit :

    Et comme aurait pu le dire Alexandre Vialatte, il est ainsi démontré que le calamar est considérable.
    Vite un exemplaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *