QUEL LIVRET CHOISIR ?

Classé dans ACTUALITES et HUMEURS par sur 9 mars 2014 5 Commentaires

Voilà une question qui concerne tous les épargnants, du plus petit au plus gros, du plus jeune au plus âgé. Qu’il s’agisse de faire face aux imprévus, de préparer un événement, des études, des vacances, un achat, nous constituons ce que l’on appelle une épargne de précaution. Et comme cette épargne doit rester disponible, nous la déposons sur un livret…

Alors, quel Livret ? Spontanément, nous pensons au « Livret A ». Qualifié par les médias « d’épargne préférée des Français », le Livret A, créé le 22 mai 1818,  disponible depuis janvier 2009 dans toutes les banques, bénéficie d’une forte popularité. Pourtant, à bien y regarder, il est aujourd’hui plus intéressant pour une majorité de personnes de souscrire un Livret Sociétaire.

En effet, depuis août 2013, le taux du Livret A est de 1,25% alors que le Livret Sociétaire rapporte 1,75%. Certes, le Livret Sociétaire est fiscalisé alors que le Livret A ne l’est pas. Ses intérêts sont soumis à prélèvements sociaux (15,50%) et sont assujettis à l’impôt sur le revenu. Mais pour les personnes non imposables et pour toutes celles qui sont peu imposées, le Livret Sociétaire est plus rémunérateur. Je vous renvoie à l’article ici.

J’ajoute que, pour de plus en plus d’entre nous, l’épargne n’est pas seulement une question de taux. C’est aussi une question d’utilité. Or, contrairement au Livret, l’épargne du Livret Sociétaire reste en totalité sur le territoire et sert au financement des jeunes entreprises et des associations. Et puis, le Livret Sociétaire produit des Tookets et permet d’aider les associations de son choix.

Cette démarche d’épargne a du sens. L’activité de nos territoires dépend, entre autres, de la capacité des banques à en financer les projets. Pyrénées Gascogne injecte chaque année plus de 1,5 milliards d’Euros dans l’économie de ses trois départements et a besoin pour cela de l’épargne de ses clients.

Parmi les besoins de financement, il y a l’agriculture. J’en parle puisque le Salon de l’agriculture de Tarbes vient de se tenir et a attiré cette année encore beaucoup de monde. Les producteurs locaux y étaient à l’honneur. La vente directe des produits, que déjà plus d’un agriculteur sur quatre pratique, s’amplifie en ce moment. Ce mode de commercialisation que Pyrénées Gascogne soutient avec un dispositif spécifique n’est pas seulement bon pour les revenus de l’exploitant ou pour l’environnement, il permet aussi de se parler entre producteurs et consommateurs, de mieux se connaître, et de mieux se comprendre. Il valorise le métier d’agriculteur.

« Etre agriculteur aujourd’hui », c’était justement le thème des tribunes de Pyrénées Gascogne qui se sont tenues pendant ce salon. Les témoignages ont montré combien ce métier exigeant et complet appelle d’engagement et de passion. Encore mal compris, quelques fois décrié, il a besoin d’être mieux connu. D’autant que les enfants d’agriculteurs ne suffiront pas pour assurer la relève. La profession doit attirer des vocations parmi les autres… C’est le message plutôt confiant qu’ont porté Maryse Hounieu, Mikel Hirribarren, William Villeneuve, et Sylvain Andrieux, au cours du débat animé par Jacques Abadie, sociologue à l’Ecole d’agronomie de Toulouse.

A propos de l'auteur ()

Pour en savoir plus sur l'auteur, cliquez sur l'onglet "Qui suis-je ?".

Commentaires (5)

Url de rétrolien | Flux RSS des commentaires

Sites qui pointent vers ce billet

  1. Epargne Eco-Responsable | Parlons en ensemble - #BanqueCoop | 7 mai 2014
  1. Tonio dit :

    Article très intéressant, effectivement le livret sociétaire local et utile à une histoire que n a pas livret À. Par contre quand on est non imposable ou avec une Tmi a 5,5 on a forcément droit au LEP . Donc le comparatif avec le livret A n a pas lieu d être. De plus il est toujours dangereux d augmenter son revenu fiscal de référence si l on bénéficie de certains abattements ou exonérations (taxe foncière habitation csg sur les retraites ect….) ou allocations. Donc avec un taux brut a 1,75 ça ne vaut pas le coup. Dommage car l histoire est belle.

  2. Jean PHILIPPE dit :

    Bonjour Tonio,
    merci de ce message et vous avez raison de me challenger. Cela m’incite à donner quelques précisions.

    Le LEP est un très bon produit qu’il faut souscrire quand on est éligible, vous avez raison. Il est défiscalisé et permet de placer jusqu’à 7.700 € à un taux de 1,75%. Je vous fais simplement remarquer que souscrire à la place un Livret sociétaire, quand on est éligible, donc pas fiscalisé, revient au même.

    Le Livret A permet de placer 22.950 € à 1,25%. C’est moins bien quand on ne paie pas d’impôt que la même somme à 1,75%. De combien cela augmente-t-il le revenu fiscale de référence ? Je vous le fais court : en laissant le capital au maximum toute l’année, vous touchez 287 € sur le Livret A et 402 € sur le Livret Sociétaire, soit 115 € de plus. On peut se faire peur avec le « revenu fiscal de référence », mais d’évidence, on est gagnant. Sauf si vous me prouvez le contraire…

    Ceci dit, en laissant la même somme sur son dépôt à vue, on ne touche rien, et a donc encore moins de risque de payer des impôts…

    J’ajoute que le Livret Sociétaire est plafonné, lui, à 100.000 Euros, ce qui vous permet, dans la mesure où votre LEP est au plein (7.700 €), votre Livret A aussi (22.950 €), de trouver un placement qui vous rapporte autant ou plus…

    Oui, Tonio, l’histoire est belle.

    Oui, contribuer à financer les entreprises du territoire a du sens.

    Oui, en plus, c’est favorable pour son propre budget pour la plupart des gens.

    Oui, Tonio, je suis banquier, mais ce que je dis, je le dis avec sincérité, comme votre boucher quand il vous dit que sa viande est tendre, comme votre poissonnier quand il vous dit que son poisson est frais, comme votre artisan ébéniste quand il vous dit qu’il va travailler du bois de qualité, etc.

    Décidément, votre « ça vaut pas le coup » mérite un peu plus de réflexion… nos conseillers sont là pour ça, d’ailleurs.

    Cordialement,
    JP

  3. Tonio dit :

    Merci pour votre réponse détaillée. Effectivement avec un plafond a 100000 euro, le livret sociétaire ne joue plus dans la même catégorie que le LEP ou livret A. Vous m avez convaincu qu iĺ peut être utile pour des foyers peu fiscalises. Par contre le LEP n est pas soumis aux prélèvements sociaux, cela ne revient donc pas au même y compris pour les foyers non imposable. Ceci dit vous avez le mérite d avoir créer un livret  » local » et c est vrai que cela donne du sens. Je crois même que certains de vos concurrents sont en train de vous imiter comme d habitude.

  4. Jean PHILIPPE dit :

    Merci Tonio,

    Je suis d’accord avec vous sur les prélèvements sociaux…

    Il faut quand même regarder pour son propre cas de combien on parle. C’est là que l’intérêt locale a son importance…

    Bien cordialement,
    Jean PHILIPPE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *