TRANSFORMATION : JOUER TOUTES LES CARTES…

Classé dans ACTUALITES et HUMEURS, INNOVATIONS par sur 1 mai 2017 2 Commentaires

Sur quels registres, vous, manager, vous sentez-vous le plus à l’aise ? Autrement dit, quelles sont les cartes que vos équipes vous voient jouer le plus souvent ? Attention, ces cartes dont je parle n’ont rien à voir avec votre discours managérial. On a vu beaucoup de dirigeants annoncer à la tribune que rien n’était plus important que la transformation de leur organisation, d’y cultiver l’esprit d’innovation, d’assurer l’expression de tous, de reconnaître sans état d’âme le droit à l’erreur, etc., et démontrer dans la « vraie vie » que leurs préoccupations étaient bien loin de ces promesses. Or, ce sont bien les cartes que vous jouez qui disent à tous ce qui est en vérité le plus important pour vous. Et ces cartes se révèlent dans vos points d’attention, vos réactions, vos demandes et vos anxiétés…

Il y a les cartes que nous manipulons avec facilité. Celles qui ont servi pendant des décennies à conduire l’optimisation dans nos entreprises. Certes, elles ont permis d’y intégrer des changements et des innovations, mais sans que cela remette en cause fondamentalement leurs organisations et leurs méthodes.

Nous savons jouer « PIQUE » dont la devise pourrait être « Tous en ordre de bataille ! En avant pour la conquête ! … ». Cette couleur associe des cartes qui s’appellent : Hiérarchie, Spécialisation, Divisions, Consignes, Règles, Contrôles… Elles forment en quelque sorte le pilier de l’optimisation en lui donnant un cadre solide, stable, sécurisant.

Nous sommes aussi habiles pour jouer « TRÈFLE ». La couleur peut se traduire par « Le seul juge de Paix, c’est la rentabilité ! Seuls comptent le Résultat net et les Fonds propres ! ». Ses cartes ont pour nom : Efficacité, Croissance, Réduction des charges, Maîtrise des risques, Gains de productivité… Des cartes si essentielles que ceux qui les ont négligées ne sont plus là pour en parler…

D’autres cartes nous sont moins familières parce qu’elles ne sont pas stratégiques en période d’optimisation. Elles le sont par contre indiscutablement en période de transformation. Indispensables pour tous ceux qui ont compris que la transformation ne pouvait pas être superficielle mais devait adresser tous les métiers, toutes les procédures, et même (il faudrait dire « à commencer par ») toutes les relations, que ce soit entre salariés ou avec les clients.

La première couleur de la transformation est « CŒUR » avec pour devise « Chacun a une part de la vérité ! Libérons les initiatives ! ». Ses cartes ont pour nom : Écoute des clients et des salariés, Soutien aux innovateurs, Agilité, Ouverture, Créativité, Expériences, Droit à l’erreur. Nous jouons « CŒUR » chaque fois que nous sommes à l’écoute des signaux (dont les premiers viennent des équipes elles-mêmes), et que nous encourageons sincèrement l’organisation à « faire d’autres choses autrement ».

Cette transformation par l’écoute et l’ouverture a besoin d’une autre couleur qui produira des réalisations concrètes et fournira aux salariés les repères nécessaires pour les rassurer, donc les encourager. Il s’agit du « CARREAU » dont le slogan pourrait être « Transformons l’entreprise par l’organisation ! Changeons par des mesures fortes et visibles ! … ». Les cartes de « CARREAU » sont celles qui structurent : dispositifs d’Écoute, moments de Créativité, Réseaux internes, Chasse à la bureaucratie, Startups internes… Et surtout, surtout, le nouveau tableau de bord, car c’est lui qui fixe aux yeux de tous les grandes priorités, donc le sens du jeu…

Jouons toutes nos cartes !

A propos de l'auteur ()

Pour en savoir plus sur l'auteur, cliquez sur l'onglet "Qui suis-je ?".

Commentaires (2)

Url de rétrolien | Flux RSS des commentaires

  1. Pierre VASSEROT dit :

    « Transformons l’entreprise par l’organisation ! Changeons par des mesures fortes et visibles »

    Pour cela il faut à la fois être optimiste, et je crois aussi surtout têtu.
    En effet, la transformation de l’organisation de l’entreprise, se heurte inévitablement à la résistance de ceux qui ancrés dans la routine ont une peur viscérale de la nouveauté.

    Combien de fois ai-je entendu, « J’ai pas l’habitude » pour seule justification à refuser de faire quelque chose autrement, même simple!

    Il faut donc à la fois avoir de l’optimisme pour se lancer dans l’aventure, mais avant de jeter l’as de Carreau sur la table, il faut souvent avoir préparé, et re-préparé, les mentalités de ceux qui vont avec vous devront vivre le changement sans en avoir été les initiateurs.

  2. David Castéra dit :

    et le Joker dans tout ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *